5 erreurs à éviter pour limiter la pollution de l'air intérieur et mieux respirer

Pollution de l’air intérieur : 5 erreurs à ne pas commettre

Pour vivre, nous avons besoin de respirer.
Mais pas n’importe quel air. Un air le plus sain possible.

Or vous n’êtes pas sans savoir que le monde dans lequel nous vivons regorge de sources de pollution.
Il est souvent évoqué le pétrole, le charbon ou encore le tabac pour les composés toxiques que produisent leur combustion. Mais souvent, on oublie que nous passons plus de temps à l’intérieur et que l’air qui s’y trouve y est souvent encore plus pollué.

Voici donc un article, pour limiter la pollution de l’air de votre intérieur, en arrêtant de commettre ces 5 erreurs. Et ainsi, participer à se sentir bien chez soi.

Pollution de l'air intérieur : 5 erreurs à ne pas commettre | ICy déco
Action Pin it

#1 - Accumuler les matériaux composites

Les matériaux composites ont pour avantage d’être plutôt bon marché.
Cependant, ils ont un coût non négligeable pour votre santé.

Que ce soit les matériaux utilisés pour vos travaux ou ceux utilisés pour votre mobilier, essayez d’être vigilants à leur qualité.

Pour cela, il existe notamment depuis 2013, un système de classification des matériaux de construction.
Celui-ci tient compte de leur niveau d’émissions dans l’air intérieur de composés volatils.
Il existe ainsi 4 classes : A+, A, B et C. De préférence, essayez donc au maximum d’utiliser des matériaux classés A+.

Dans tous les cas, un matériau brut sera toujours préférable à un matériau composite.
Les colles, vernis, PVC, mélaminé et autres dérivés de bois peuvent relarguer pendant plusieurs années des composés toxiques et cancérigènes (ammoniac, formaldéhyde, benzène, toluène…).

Alors certes, un matériau d’une meilleure qualité environnementale sera très souvent plus cher.
Mais votre santé, celle de vos enfants et de la planète en vaut bien le coût, non ?

Et rappelez-vous qu’un mobilier ancien aura déjà émis la majorité de ses polluants.
Pensez donc au hacking et à l’upcycling pour décorer votre intérieur. 

#2 - Choisir une peinture uniquement pour sa couleur

La peinture est mon outil déco préféré. Elle permet assez facilement d’apporter de la personnalité à votre intérieur.
Mais clairement, elle n’est pas sans impact sur la qualité de l’air.

La peinture naturelle est donc préférable si vous voulez un habitat sain.
Pour qu’elle soit considérée comme telle, elle doit être constituée au moins à 95% de composants naturels d’origine végétale ou minérale .
Elle peut être à l’huile, à la chaux ou minérale.

Sachez également que vous pouvez en fabriquez vous-mêmes à partir d’ingrédients très simples.
C’est le cas de la peinture « Suédoise » par exemple, à base d’eau, de farine, d’huile de lin et de pigments. 
Le magazine Esprit Cabane propose notamment plein de tutos que je vous invite à découvrir sur leur site.

Maintenant, vous pouvez très bien utiliser des peintures de grande surface non naturelles mais aussi moins chères.
Dans ce cas, veiller à aérer largement les pièces la 1
e semaine de pose et évitez d’y dormir pendant ce laps de temps.
Si vous devez peindre la chambre de votre futur enfant, n’attendez donc pas le dernier moment.
La pièce aura bien besoin de respirer.

Il existe aussi l’alternative des peintures dépolluantes même si cela est assez critiqué.
Les plus écolos diront que ça dépollue de certains éléments mais produit d’autres toxiques.
Donc oui, ça ne vaut pas une peinture naturelle mais ça peut être un compromis.

#3 - Avoir un air trop humide

Sans air ni eau, nous ne pouvons vivre.
Pourtant, l’air humide est un fléau pour nos intérieurs. 

Il est notamment source de développement de moisissures qui non seulement dégrade votre intérieur.
Mais surtout, elles peuvent nuire à votre santé (allergie respiratoire ou cutanée).

Pensez donc à aérer votre intérieur.
Cela passe par un système de VMC efficace et bien entretenu. L’installation d’aérateurs sur les fenêtres. Mais aussi, tout simplement, ouvrir vos fenêtres chaque jour.
En renouvelant l’air régulièrement, l’humidité n’aura pas le temps de s’installer.

Les plantes peuvent aussi vous aider si vous savez bien les sélectionner. Voyons cela plus en détail.

#4 - Négliger le pouvoir des plantes

Les plantes ont non seulement un pouvoir apaisant dans votre intérieur.
Mais nombreuses sont celles qui peuvent vous apporter bien plus.

Naturellement, par le phénomène de photosynthèse, les plantes dégradent le CO2 pour nous redonner un peu d’oxygène.
Par ce phénomène, elles absorbent également de l’eau et peuvent donc aider à diminuer l’humidité ambiante.

Mais certaines ont des capacités encore plus importantes.
C’est ainsi que vous pouvez entendre parler de plantes dépolluantes.
En les choisissant bien, certaines seront de parfaites alliées pour absorber du formaldéhyde, du benzène ou encore de l’ammoniac émis par les matériaux intérieurs.

Pour autant, si vous voulez qu’elles donnent leur plein potentiel, c’est comme avec vos enfants. Il faut savoir en prendre soin et adapter vos actions selon leurs besoins.
Au risque sinon de bafouer leurs capacités naturelles.

Si vous souhaitez aller plus loin à ce sujet, découvrez mon article : 5 plantes pour un intérieur plus sain.
J’y partage mon top 5 des plantes dépolluantes, adaptées à un intérieur familial, avec enfants et animaux.

Spatiphyllum plante dépolluante pour limiter la pollution de l'air intérieur

#5 - Utiliser des produits d'entretien avec une composition à rallonge

Avec toutes les publicités qui nous inondent (internet, télévision, radio, magazines), il peut être tentant de succomber à l’offre du fameux produit miracle.

Mais tous ces produits avec une liste chimique à rallonge sont particulièrement nocifs pour l’environnement.
Les aérosols sont en première lice mais les solutions liquides (notamment pour le lavage du sol) ne sont pas en reste.

Pour limiter la pollution de l’air, rien ne vaut les bons vieux produits naturels.

Privilégiez donc le savon noir, le vinaigre blanc ou encore, le bicarbonate de soude.
Et en plus d’être meilleure pour la planète et la santé, ils sont souvent plus économiques
Il faut juste savoir bien les utiliser. 

Si vous ne savez pas comment faire, de nombreux sites internet recensent la fonctionnalité et l’efficacité des produits simples.
Mais n’hésitez pas à me dire en commentaires si vous souhaitez que je vous fasse un article récap.

Des produits naturels pour entretenir la maison et limiter la pollution de l'air intérieur

Vous voilà désormais conscients des erreurs courantes qui participent à la pollution de l’air intérieur.

J’espère que cet article vous aidera et que vous serez à présent plus vigilants.
Il faudra peut être changer certaines de vos habitudes. Mais rien n’est insurmontable, surtout quand on sait dans quel but on le fait.

Le plus important n’est-il pas de vivre en bonne santé et de respecter la planète dont nous sommes les locataires?

N’hésitez pas à me partager en commentaires votre vision des choses.
Et si vous avez d’autres astuces pour prendre soin de l’air intérieur, j’en suis aussi preneuse 😉

A bientôt, Cyrielle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow by Email